MALI : Les capacités des membres de la Taskforce et autres acteurs renforcés...

MALI : Les capacités des membres de la Taskforce et autres acteurs renforcés sur la mobilisation des ressources endogènes pour le financement du Wash dans les établissements de santé

78
0
SHARE

MALI : Les capacités des membres de la Taskforce et autres acteurs renforcés sur la mobilisation des ressources endogènes pour le financement du Wash dans les établissements de santé

La CN-CIEPA, en partenariat avec WaterAid Mali, a organisé un atelier de renforcement des capacités à l’endroit des membres de la Taskforce et autres acteurs sur la mobilisation des ressources endogènes pour le financement de l’eau, l’hygiène et l’assainissement dans les établissements de santé au Mali. C’était du 3 au 4 avril dernier à la Direction générale de la Santé et de l’Hygiène publique (DGSHP).

Selon Bouréima Tabalaba, coordinateur de la CN-CIEPA, le contexte actuel fait que la mobilisation des fonds classiques a montré ses limites. C’est pour palier à cette carence ou insuffisance, dit Tabalaba, qu’il fallait entamer une autre approche appelé les fonds endogènes. Pour vulgariser cette approche, son organisation, avec le soutien financier de WaterAid Mali, a organisé un atelier pour partager les techniques de mobilisation de fonds endogènes avec les membres de la Taskforce et d’autres auteurs. Pour Bouréima Tabalaba, cette approche est nécessaire non seulement pour la promotion du Wash dans les établissements de santé, mais aussi pour l’atteinte de l’ODD6. « Nous pensons qu’en restant seulement dans un processus classique que nous connaissons : mobiliser des fonds auprès des partenaires, de l’Etat, cela est nettement insuffisant. Raison pour laquelle, nous pensons que la mobilisation des fonds endogènes vient à point nommé », souligne M. Tabalaba.

Pour sa part, le représentant du directeur général de la santé et de l’hygiène publique, Moussa Ag Hamma, s’est dit conscient que la démarche en matière de service Wash n’est pas souvent comme on l’a déjà dit, les ressources qui sont disponibles. C’est la raison pour laquelle, estime-t-il, il est impératif que nous puissions explorer d’autres stratégies qui vont renforcer notre capacité à mobiliser les fonds endogènes, c’est-à-dire, les ressources internes qui proviennent des communautés, mais aussi de nous-mêmes en tant qu’institution. « Les techniques de mobilisation des fonds endogènes sont d’une importance particulière. Puisqu’elles vont permettre de favoriser la durabilité des différents programmes qui sont mis en œuvre et renforcer surtout l’appropriation locale », précise Moussa Ag Hamma.

Vue d’ensemble de la salle

« A la fin de cet atelier, j’espère qu’on aura clarifié la notion de mobilisation de ressources endogènes. Avoir aussi une compréhension commune sur la notion de ressources endogènes. Comment il faut aller à la récolte, à la mobilisation de ces ressources endogènes ? Nous aurons connu aussi à la fin de cet atelier, on l’espère bien, la structure d’un plan simple de mobilisation de ressources devant nous permettre de mener nos actions d’influence et de plaidoyer pour la mobilisation tant attendue de ces ressources endogènes », a espéré à son tour Mahamadou Kéita de WaterAid Mali avant de préciser que la mobilisation de ces fonds ne saurait être effective sans une bonne stratégie de plaidoyer.

Yacouba Traoré

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY