Profil environnemental du Mali : le bois énergie et l’agriculture détruisent 500 000 ha...

Profil environnemental du Mali : le bois énergie et l’agriculture détruisent 500 000 ha de forêt par an

PARTAGER

Profil environnemental du Mali : le bois énergie et l’agriculture détruisent 500 000 ha de forêt par an

Une conférence de presse a clôturé, le lundi 7 octobre, la semaine européenne de la diplomatie climatique débutée le 26 septembre dernier. Les conférenciers principaux, Géza Strammer de l’UE et Modibo Sacko, représentant le ministre de l’environnement, de l’assainissement et du développement durable, ont annoncé la réalisation de plusieurs activités dont la présentation du profil environnemental du Mali aux étudiants de la faculté de Droit public dans le cadre de cette semaine.

Le profil environnemental du Mali est une étude commanditée par l’Union Européenne (UE) sur la foresterie, la qualité, la préservation de la qualité de l’eau, etc. Le document final n’est pas encore publié. Cependant, les parties rendues publiques à l’occasion de la semaine européenne de la diplomatie climatique permettent de comprendre à combien notre environnement est dégradé.

Selon Géza Strammer, chef de la coopération de l’UE, « les chiffres sont effrayants surtout pour la disparition des forêts ». En effet, 500 000 hectares de forêts  disparaissent chaque année. Pour cause, le bois énergie (400 000 ha) et les défrichements pour l’agriculture (100 000 ha).

Pire, M. Strammer affirme que la qualité de l’air à Bamako est mauvaise. Ainsi, l’étude commanditée par l’UE et réalisée par BURGEAP montre des valeurs inquiétantes pour les particules en suspension PM 10. En plus, une étude réalisée par la Banque Mondiale met en avant les risques accrus de cancer dus à la pollution au benzène et aux polluants organiques persistants provenant de la mauvaise qualité des carburants, des additifs dans les peintures, des vieux frigidaires et des climatiseurs.

Encore pire, Géza Strammer souligne que 50 tonnes de déchets de plus ont été produits du début à la fin de cette semaine européenne de la diplomatie climatique.

Pour sa part, le représentant du ministre de l’environnement, de l’assainissement et du développement durable, Modibo Sacko, reconnait « la situation des trois (3) matrices de l’environnement (eau, air, sol) n’est pas agréable ».

Leveilinfo.net 

 

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE