Le collectif des traditionalistes et pratiquants du culte des ancêtres ou les...

 Le collectif des traditionalistes et pratiquants du culte des ancêtres ou les Kamit (Lada Kɔrɔ) face à la presse pour exprimer leur amertume

435
0
SHARE

Le collectif des traditionalistes et pratiquants du culte des ancêtres ou les Kamit (Lada Kɔrɔ) face à la presse pour exprimer leur amertume

Le collectif des traditionalistes et pratiquants du culte des ancêtres (Lada Kɔrɔ), communément appelé le regroupement des Kamits (ou les hommes de peau noire) a rencontré ce samedi (29 avril 2023) les journalistes à la Maison de la presse.
Objectif : informer l’opinion sur ‘‘les dérives de notre justice face aux tensions religieuses, les appels aux meurtres, le danger que court notre pays face à l’intolérance religieuse et la situation des incarcérés’’.
Ces derniers temps, les membres de ce Collectif font face à des insultes, dénigrements et plusieurs autres menaces de mort depuis la profanation du Coran par un homme qui se réclame de ce collectif.  Face à ces faits, les membres du Collectif ont exprimé leur amertume. Ils ont aussi déploré que le fait que certains membres du collectif sont toujours en prison malgré leur acquittement.
Dans une déclaration lue par Amenophis Traoré, les membres du collectif ont précisé:  ‘‘être Kamit, ce n’est pas être contre une religion. Etre Kamit, c’est s’identifier à la culture et à l’héritage de nos ancêtres méritants qui ont fondé la civilisation universelle. C’est un concept fédérateur de toutes les spiritualités authentiques africaines et de la diaspora’’.
Ainsi, expliquent-ils, le kamitisme (ou la kamitude) regroupe les vodouisants, komotigui, les féticheurs et par extension chaque pratiquant du culte de ses ancêtres négro-africains.
Dans son intervention, l
e Dio Tigui, Sira Missa Doumbia, a donné un message d’apaisement. Cependant, M. Doumbia a appelé les Kamit à résister face à ceux qui dénigrent la mémoire des ancêtres.
Sira Missa Doumbia a annoncé que le dimanche 4 juin prochain, il y aura un ‘‘ Dji Bon (ou verser l’eau)’’, une pratique rituelle pour demander pardon à Soumangourou Kanté, l’ancêtre des Kanté. Selon lui, ‘‘Soumangourou Kanté, l’un des plus grands sinon le plus grand roi, a été trahi, parce que ses consignes n’ont pas été respectées’’.
Leveilinfo.net

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY