San: Grogne sociale autour de l’attribution des parcelles de la plaine aménagée...

San: Grogne sociale autour de l’attribution des parcelles de la plaine aménagée de San Ouest

59
0
SHARE

San: Grogne sociale autour de l’attribution des parcelles de la plaine aménagée de San Ouest

Une partie de la population de la commune urbaine de San,  constituée d’hommes et de femmes mécontents du non respect des procédures d’attribution des parcelles issues de l’aménagement récent des plaines rizicoles de San ouest et qui relèvent de la gestion de la coopérative des riziculteurs des plaines aménagées de San ouest ( CORPASO), a tenu une rencontre à la maison des jeunes, le mercredi 1er septembre 2021, à 16 heures, pour exprimer son ras-le- bol quant à la gestion opaque que  l’attribution des récentes parcelles issues de l’aménagement desdites plaines a suscitée.

Les plaignants ont invité à cet effet,  Sinaly Bakaïna Traoré,  secrétaire aux conflits de la Corpaso qui est venu donner des précisions sur les conditions d’attribution de ces parcelles. M. Traoré a souligné que le bureau de la corpaso devait participer activement à la mise en place de la commission d’attribution. Selon lui,  tel n’a pas été le cas. Seul, le président de la corpaso et d’autres techniciens du domaine,  ont mis en place la commission d’attribution des parcelles qui sont au nombre de 350.

Sinaly Bakaïna Traoré, s’exprimant sur les critères d’attribution,  dira que ceux-ci étaient au nombre de deux, à savoir : tout détenteur de parcelle dans les plaines aménagées de San ouest est écarté
d’office dans les attributions en cours et l’acquisition des parcelles est subordonnée à la demande écrite du postulant. Ces deux critères n’ont jamais été respectés, a déclaré M. Traoré, estimant que plusieurs bénéficiaires dans les nouvelles attributions,  avaient déjà leurs parcelles dans les plaines aménagées et d’autres aussi,  qui n’ont jamais fait de demande,  sont bénéficiaires dans les nouvelles attributions et pis, plusieurs personnes dans une même famille en ont bénéficié dans les attributions en question. Ces personnes qui ont été identifiées, sont toutes d’une même formation politique d’où la gestion politisée de ces attributions, nous a fait comprendre,  Sinaly Bakaïna Traoré. Les villages qui sont touchés par l’aménagement,  parce que leurs terres ont été prises, sont aussi en colère, car certains parmi eux n’ont eu qu’un demi hectare à la place de 20 hectares qu’ils ont perdus à cause de l’aménagement.
La solution pour Sinaly Bakaïna Traoré,  doit être une solution réfléchie,  rationnelle et dans le sens du respect de la loi. La violence n’est jamais solution de ce problème. De son avis,  il est vrai que les attributions de cette année ont violé toutes les règles de procédure, contrairement à celles des années antérieures mais, il faut agir avec discernement pour ne pas décourager les bailleurs de fonds dans l’appui qu’ils nous apportent. Néanmoins,  M. Traoré préconise la mise en place d’une nouvelle commission pour vérifier le travail de celle qui fait l’objet de polémiques actuellement. S’il s’avère que les critères d’attribution n’ont pas été respectés,  alors, il va falloir travailler avec la nouvelle commission et exiger à celle-ci,  le respect des conditions d’attribution préalablement définies.

Pour mémoire,  1500 ha doivent être aménagés dans les plaines rizicoles. Pour l’heure,  Lux-Dev a aménagé à hauteur de 4 milliards environs, 350 hectares dont l’attribution s’est révélée être un quiproquo entre les populations de San. Le Gouvernement Malien de son côté,  doit financer très prochainement les travaux d’aménagement de 150 hectares pour une enveloppe financière de 500 millions de francs cfa. Pour l’heure, celui-ci a débloqué 350 millions,  somme qui permettra de démarrer très rapidement les travaux de la partie malienne.

Noumballa Camara amap San

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY