Problématique de gestion des boues de vidange : les acteurs en synergie d’action...

Problématique de gestion des boues de vidange : les acteurs en synergie d’action pour relever le défi

57
0
SHARE

Problématique de gestion des boues de vidange : les acteurs en synergie d’action pour relever le défi

Face à la problématique de gestion des boues de vidange, les acteurs concernés ont décidé de fédérer leurs efforts au sein d’une plateforme dénommée Plateforme nationale pour la gestion des boues de vidange (PN-GBV). C’est à la faveur d’un atelier tenu le jeudi 22 avril au Mémorial Modibo Kéita que ladite plateforme a été mise en place.

Au Mali, la gestion des boues de vidange pose problème. Selon les chiffres, le district de Bamako avec ses 2,2 millions d’habitants produit environ 200 000 m³ de boues de vidange par an, soit 550 m³ par jour. Or, le pays est en manque d’infrastructures de traitement des boues de vidanges. En effet, le pays ne compte que 3 stations de traitement des boues de vidange qui sont à Satinebougou, Samanko Il et à Mopti. De plus, ces stations souffrent de problèmes de fonctionnement pour des raisons qui sont entre autre les défauts de conception, d’éloignement et de suivi.

Aussi, en dépit des dispositions législatives et la ratification d’engagements internationaux pour permettre à la population malienne de profiter d’un environnement sain, la filière de gestion des boues de vidanges a toujours fonctionné dans l’informel. La vidange est assurée par les vidangeurs manuels, les organisations non gouvernementales, les groupements d’intérêts économiques.

Comme si cela ne suffisait pas, la filière est également heurtée à l’absence de site de réalisation de stations de traitement des boues de vidange. A plusieurs reprises les sites dédiés à ces fins n’ont pas pu être sécurisés par l’Etat. Ce qui dénote une faible volonté politique de la part des autorités. Sinon, comment comprendre que l’Etat, propriétaire de toutes les terres, soit incapable de garantir la sécurité des sites qu’il a réservés pour des fins utiles.

C’est dans ce contexte qu’à l’initiative de la CN-CIEPA avec l’accompagnement financier de Water Aid que l’ensemble des acteurs intervenant dans la filière boue de vidange ont accepté de fédérer leurs efforts. Ainsi, ils ont mis en place une plateforme qui va désormais regrouper les acteurs étatiques, la société civile, les instituts de recherche, les ONG nationales et internationales, les partenaires techniques et financiers.Présidium de l'atelier de mise en place de la plateforme

Selon le président de la CN-CIEPA, Dounatié Dao, cette plateforme est une synergie des différents acteurs et une fédération d’expériences des différents acteurs en matière de gestion des boues de vidange. Pour le représentant du directeur pays de Water Aid Mali, Alassane Maïga, la mise en place de cette plateforme mérite d’être saluée. Il a ensuite exhorté les différents acteurs à plus d’abnégation car, pour lui, cette mise en place n’est qu’un début. Pour sa part, le représentant de l’ANGESSEM, Namory Kouyaté, a souligné que sa structure se réjouit de cette initiative puis que, dit-il, elle va faciliter la mission régalienne de l’ANGESSEM de traitement des eaux usées et des boues de vidange.

Leveilinfo.net

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY