Rentrée littéraire : c’est parti pour la 13ème édition

Rentrée littéraire : c’est parti pour la 13ème édition

97
0
SHARE

Rentrée littéraire : c’est parti pour la 13ème édition

La ministre de la Culture, de l’Artisanat et du Tourisme, Mme Kadiatou Konaré, a présidé le lancement des activités de la rentrée littéraire le mardi 16 mars au CICB. En présence de nombreuses personnalités de la culture malienne et étrangère.

Sous les notes du célèbre joueur de kora, Dialimady Cissoko, les activités de la rentrée littéraire ont commencé. C’est l’écrivain Haïtien, Makenzy Orcel, qui a ouvert le bal. Introduit par la célèbre journaliste, Sophie Ekoué, il a animé la conférence inaugurale sur le thème de la rentrée : « héritages en partage ». Dans un style littéraire, il a expliqué au public les héritages de l’Afrique partagés en Amérique et dans les Caraïbes. « C’est de l’Afrique qu’il faut partir pour comprendre la culture haïtienne », a-t-il souligné. Du sud des États-Unis jusqu’au nord du Brésil en passant par la Caraïbe ainsi que sur la Côte du Pacifique, les apports culturels hérités de l’Afrique sont partout visibles. Il a également dénoncé l’immixtion des puissances étrangères dans les affaires internes des pays du tiers monde. Cette conférence inaugurale animée par Makenzy Orcel marque l’ouverture de la 13ème édition de la rentrée littéraire.

Du 16 au 20 mars, notre pays sera le carrefour du monde littéraire. Au programme, il y aura des cafés littéraires, des séances de lecture, des dédicaces, des tables rondes, des débats, des ateliers, des hommages, des spectacles et des prix littéraires. Ce sont les villes de Bamako, Sikasso, Tombouctou et Djenné qui vont abriter ces activités. Mieux, l’accès à toutes les activités de la rentrée est gratuit.

Selon la ministre de la Culture, de l’Artisanat et du Tourisme, Mme Kadiatou Konaré, la rentrée littéraire est un tremplin pour la promotion de la lecture. C’est pourquoi, dit-elle, le ministère a accompagné fortement la rentrée en organisant des ateliers concomitamment des programmes habituels de la rentrée. A l’en croire, cet atelier va proposer des réflexions stratégiques pour évaluer le rôle et l’accompagnement de l’État. Parce que, poursuit la ministre Konaré, l’État souhaite accompagner davantage cette rentrée pour assurer sa pérennité, sa survie qui va au-delà des frontières du Mali. « La rentrée littéraire est une activité qui convoque toutes les nationalités des pays francophones dans le monde. C’est une fenêtre ouverte sur le monde. C’est pour cela que nous aimons la rentrée littéraire parce que la littérature est ouverte au monde », a témoigné Mme la ministre.

Pour sa part, le directeur de la rentrée littéraire, Ibrahima Aya, après avoir remercié les partenaires de la rentrée, a laissé entendre que cette édition est placée sous le signe de la résilience, de l’adaptation. Car, l’événement se tient dans un contexte marqué par la crise du Covid-19. D’ailleurs, il a annoncé que bon nombre des activités de la rentrée se tiendront à la fois en présentiel et en visioconférence.

Yacouba Traoré

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY