Recrutement de 8 600 jeunes diplômés dans l’Administration : l’UNTM et le CNJ...

Recrutement de 8 600 jeunes diplômés dans l’Administration : l’UNTM et le CNJ s’unissent pour l’application de la promesse du gouvernement

PARTAGER
Une vue du présidium: On reconnaît Sarmoye Boussanga, vêtu de blanc, assis au bout de la table, l'artisan de la réconciliation.

Recrutement de 8 600 jeunes diplômés dans l’Administration : l’UNTM et le CNJ s’unissent pour l’application de la promesse du gouvernement

Dans la cour de la Bourse du Travail, sous une bâche, le président de l’UNTM (Union Nationale des Travailleurs du Mali), Yacouba Katilé, et celui du CNJ (Conseil National de la Jeunesse), Souleymane Satigui Sidibé, ont signé un protocole d’accord. C’était dans la matinée du mardi 19 mars 2019  devant une masse de jeunes pleins d’espoir. Cette signature marque l’union de ces deux entités pour veiller à l’application stricte d’une partie du point 11 de l’accord entre le gouvernement et l’UNTM, à savoir le recrutement de 8 600 jeunes diplômés dans l’Administration.

Le point 11 de l’accord entre le gouvernement et l’UNTM qui avait opposé cette dernière au CNJ, les unit à nouveau. Grâce à la médiation de Sarmoye Boussanga, le CNJ a fini par comprendre que ce point n’est pas qu’à sa défaveur. En effet, le point 11 prévoit le rallongement de l’âge de départ à la retraite d’une part et engage le gouvernement à recruter 8 600 jeunes diplômés d’autre part.

Comprenant cela, les deux entités ont scellé un partenariat qui, pour M. Katilé, est l’amorce d’une autre manière de traiter le problème du chômage des jeunes. Dans le cadre de ce nouveau partenariat, Souleymane S. Sidibé a sollicité Yacouba Katilé pour que l’application de ce point d’ici fin décembre 2019 soit la priorité de l’UNTM.

Cependant, pour ceux qui s’étaient indignés suite au rallongement de l’âge à la retraite, M. Katilé leur répond qu’il n’existe pas de lien de causalité entre le chômage des jeunes et le rallongement de l’âge à la retraite des quinquagénaires et des sexagénaires. Car, dit-il, booster les seniors du marché du travail, c’est payer plus de retraités ou de préretraités.

Y.Traoré      

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE