Harber MAIGA, président de la Cagcdm : « J’appelle les distributeurs des produits...

Harber MAIGA, président de la Cagcdm : « J’appelle les distributeurs des produits de première nécessité à la retenue sur les prix »

188
0
SHARE

Harber MAIGA, président de la Cagcdm : « J’appelle les distributeurs des produits de première nécessité à la retenue sur les prix »

Après plusieurs longues années dans l’asymétrie, par faut d’un légitime dirigeants, Harber MAIGA est élu à l’unanimité président de la Coordination des associations et groupements des commerçants détaillants du Mali (Cagcdm) par ses pairs. C’était à la faveur du 3 ème congrès ordinaire de ladite organisation tenu le 13 mars 2022 au Centre international de conférence de Bamako. A ce titre, le nouveau président de la Cagcdm nous a accordés une interview dans laquelle il a appelé les commerçants détaillants à la retenue sur les prix des produits de premières nécessités.

Leveilinfo.net : Dans quelles conditions a été tenu le 3 ème congrès de la coordination ?

Harber MAIGA : Je remercie les autorités politiques et les partenaires techniques et financiers. Nous avons été comblé de joie et d’émotion. Ce congrès a été marqué par des souvenirs de pères fondateurs de la Coordination notamment feu Hama Abba Cissé, commandeur de l’ordre national et j’en passe. Le congrès a été une réussite totale. Les délégués de toutes les régions, les communes du district de Bamako, des cercles ont été représentés. Des grandes personnalités ont pris part notamment Jeamille Bittar qui représentait le Premier ministre Choguel Kokalla Maïga. Boubacar Tandia, représentant des parrains, des membres du CNT, du Conseil maliens des chargeurs etc. Le congrès a été une grande réussite, car les travaux se sont déroulés dans la convivialité et la sérénité. Le congrès s’est tenue dans des conditions mémorables. En effet, il y avait chez les participants une soif de tourner la page de l’inertie dans laquelle l’organisation a été plongée. Imaginez une organisation qui a fait 16 ans sans renouveller ses organes. Quel peut être sa légitimité vis-à-vis du pouvoir public et des partenaires ? C’est vrai que nous avons eu des réticences par certaines personnes qui se sont retrouvées dans des responsabilités où ils ne voulaient pas qu’on aille en congrès. Malheureusement, nous avons laissé ces gens sur le carreau parce qu’on ne pouvait continuer dans cette situation de marasme.

Leveilinfo.net : Quels sentiments vous anime après avoir été élu président de cette grande organisation ?

Harber MAIGA : Je suis animé par un sentiment d’estime fierté. C’est une occasion où les acteurs ont pris conscience des défis et enjeux de nos missions et de notre rôle vis-à-vis de nos membres, de l’histoire et du pouvoir public. C’est en fonction de ça que j’ai été élu. J’ai une mission de participation et de redevabilité. Depuis 2004, j’ai cheminé avec les anciens qui ont ensuite porté leur confiance sur moi. Avant de me porter aujourd’hui à la tête l’organisation. Sans être candidat, j’ai été élu à l’unanimité. J’ai accepté avec humilité, engagement et surtout détermination. Je veux apporter ma contribution à la réfondation du nouveau Mali en général pour la promotion du secteur du commerce en particulier, indispensables au développement, et de l’économie nationale. Ce congrès a permis de doter l’organisation d’un véritable président.

Leveilinfo.net : Quelles sont les priorités du nouveau bureau de la Coordination ?

Harber MAIGA : Après le renouvellement du bureau, il reste de veiller à son fonctionnement à travers des formations de renforcement de capacités. Les hommes et les femmes désignés sont engagés et capables de jouer leur rôle. Qu’à cela ne tienne, il est également impératif de renouveler la confiance avec les partenaires, l’État et entre les membres eux-mêmes. Cette organisation a été mis sur les fonts baptismaux depuis décembre 1992. Ce bureau servira aussi de renforcer et pérenniser les acquis. Au cours de ce mandat nous organiserons des formations professionnelles à l’endroit des membres et les accompagner financièrement, à travers le projet de formalisation des acteurs du commerce local. Cela afin que les entreprises soient compétitives et quittent le côté informelle. Il est également indispensable de renforcer le partenariat avec l’État et les collectivités dans la gestion, la construction des marchés et les équipements marchands. En outre, il faut également créer des marchés modernes et adaptés. A cette phase de refondation, les commerçants doivent savoir leur rôle dans la construction du nouveau Mali. D’ores et déjà, nous envisageons d’élaborer un plan d’activité 2022-2023 et un plan d’action pour la mandature 2022- 2027.
Leveilinfo.net : Parlez nous des perspectives de votre mandat ?

Harber MAIGA : Puisque le Mali change, nous allons être au rendez-vous du changement. En principe, les commerçants sont une composante importante de la nation. Nous voulons jouer notre partition dans le développement de notre pays. Nous ne voulons pas être des acteurs de seconde zone, mais les principaux artisans du développement. En prélude au mois de Ramadan, je lance un appel solennel aux distributeurs de produits de première nécessité de faire de la retenue sur les prix afin de passer le mois dans la sérénité. En fin j’invite les partenaires d’accompagner la vision du nouveau bureau pour faire bouger les lignes dans le secteur du commerce.

Réalisée par Yacouba Traoré

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY