Concertation nationale : les discussions de la 2e journée se tiennent sur les...

Concertation nationale : les discussions de la 2e journée se tiennent sur les modalités de la transition

PARTAGER
Une vue de la salle lors de la cérémonie d'ouverture

Concertation nationale : les discussions de la 2e journée se tiennent sur les modalités de la transition

La 2e journée de la concertation nationale se tient au Centre International de Conférence de Bamako (CICB), le vendredi 11 septembre 2020. Au cours de cette journée, les participants vont discuter sur la charte de la transition au Mali.

Considérant l’urgence et la nécessité de doter le Mali d’oranges de transition afin de combler le vide constitutionnel dans la conduite des affaires publiques, les forces vives Maliens, le Comité National pour le Salut du Peuple, les forces de défense et de sécurité, les Partis et Regroupement politiques, Organisations de la société civile de l’intérieur et de la Diaspora, Mouvements Signataires de l’Accord pour la Paix et la réconciliation nationale issu du processus d’Alger ont décidé de se concerter sur la présente charte de la transition.

Cette charte ‘‘complète la constitution du 25 février 1992 et dont le présent préambule est partie intégrante’’. Les valeurs affirmées par la constitution du 25 février 1992 en son préambule, la présente charte pour conduire la transition consacre : le patriotisme, l’intégrité, la probité et la dignité, le mérite, la redevabilité et le sens de la responsabilité, la discipline, le civisme et la citoyenneté, la fraternité, la tolérance et l’inclusion, le dialogue, l’esprit de consensus et de discernement, la solidarité, le pardon et la réconciliation.

Elle a pour mission de poser les bases de la refondation de l’Etat, restaurer l’autorité et la souveraineté de l’Etat sur l’ensemble du territoire national et sauvegarder l’unité nationale, la démocratie, la paix et la cohésion sociale.

Concernant les organes de la transition, le président de la transition remplit les fonctions de président de la République et de chef d’État. Il doit veiller au respect de la constitution et de la charte de la transition. Il doit être de nationalité malienne d’origine, doit être une personnalité civile ou militaire, être intègre, de bonne moralité et impartial. Le poste de Vice-président de la transition est attribué à un militaire ou un civil suivant les autres critères de désignation retenus pour le président de la transition et ne sont pas éligibles aux élections présidentielle et législative qui seront organisées au terme de la transition. Ils prendront 7 jours au plus après leur désignation.

Ainsi le Conseil National de Transition est l’organe législatif de la transition. Il est composé de cinquante-un (51) membres répartis entre les représentants du Mouvement du 5 juin, le Rassemblement des Forces Patriotiques du Mali (M5-RFP) des forces de défense et d sécurité, des partis et Regroupements politiques, des organisations de la société civile de l’intérieur et de la Diaspora, des Mouvements signataires de l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale issu du processus d’Alger. Et sera présidé par un militaire issu du conseil. La fonction du président du Conseil National de Transition est incompatible avec l’exercice de tout autre mandat ou responsabilité au cours de la transition. Les membres du Conseil National de la Transition ne sont pas éligibles aux élections présidentielles et législatives qui seront organisées pour mettre fin à la transition.

Assetou Coulibaly,

Stagiaire

 

 

 

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE