Situation sociopolitique au Mali : PRVM FASOKO propose une transition civile de  18...

Situation sociopolitique au Mali : PRVM FASOKO propose une transition civile de  18 mois

202
0
SHARE
Une vue du présidium

Situation sociopolitique au Mali : PRVM FASOKO propose une transition civile de  18 mois

Le siège du parti pour la restauration des valeurs du Mali (PRVM FASOKO) a servi de cadre pour une conférence de presse le jeudi 3 septembre 2020. La rencontre était présidée par le secrétaire général dudit parti, Yaya Coulibaly.

Compte tenu de la crise sociopolitique actuelle du pays, qui a occasionné la démission du président Ibrahim Boubacar Keita, le PRVM FASOKO propose l’élaboration d’une charte de la transition politique pour l’avènement de la quatrième République. Le parti propose une transition civile de 18 mois.

Selon Yaya Coulibaly, le parti propose un président civil consensuel pour gérer la transition qui s’occupera des fonctions de président et de chef de l’État, la formation d’un gouvernement d’union nationale ; mettre en place une constituante de transition composée de l’ensemble des forces vives de la nation ; élaborer une charte de la transition politique pour  l’avènement de la quatrième République ( Refondation de la République) ; commencer la mise en œuvre des conclusions et résolutions du Dialogue Nationale Inclusif (DNI) avec une durée de 18 mois de transition.

Il ajoute que pour les organes de la transition, le PRVM  propose également un conseil national de transition, une présidence de la transition et chef d’État, une assemblée constituante et un gouvernement d’union nationale

Aux dires de M. Coulibaly, pour le PRVM, les missions de la transition doivent être la mise en place d’un gouvernement d’union nationale pour conduire l’action publique et organiser les élections générales et référendaires.

La transition doit avoir pour mission d’assurer la défense et la sécurité sur l’ensemble du territoire national, renforcer l’état de droit et garantir les conditions favorables à un jeu démocratique ouvert et transparent, de gérer le front social notamment la crise scolaire, organiser une concertation spéciale pour la révision de certaines dispositions de l’accord de paix et de réconciliation issue du processus d’Alger, de commencer la mise en œuvre des conclusions et les résolutions du DNI, de relire et adapter la loi électorale, de rendre la justice indépendante et diligenter des enquêtes sur les crimes politiques et économiques

Par ailleurs, le PRVM FASO se réjouit de l’initiative du Comité National Pour le Salut du Peuple (CNSP) pour l’organisation de deux jours de concertation nationales sur la gestion de la transition. Le parti recommande des discussions franches et approfondies. Et salue l’engagement de la CEDEAO, de l’Union Africaine, de la Minusma et des pays membres du conseil de sécurité de l’ONU pour une sortie de crise.

Assetou Coulibaly,

Stagiaire

 

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY