Lancement officiel des Gilets Verts : une armée de bénévoles pour sauver l’environnement

Lancement officiel des Gilets Verts : une armée de bénévoles pour sauver l’environnement

PARTAGER
Une vue de la salle

Lancement officiel des Gilets Verts : une armée de bénévoles pour sauver l’environnement

La salle Bazoumana Sissoko du Palais de la Culture Amadou Hampâté Bâ était pleine à craquer le samedi 17 août 2019. Des jeunes, des femmes, des hautes personnalités politiques, administratives, religieuses, coutumières et diplomatiques, portant presque tous des gilets verts, s’y étaient rassemblés pour le lancement d’une initiative, les Gilets Verts.

Les Gilets Verts est une initiative du Ministère de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement Durable qui regroupe les jeunes, les hommes, les femmes, les associations, les ONG, des religieux, des chasseurs, des chefs coutumiers, des leaders d’opinion, des volontaires dévoués à la cause de l’environnement. Selon le Ministre de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement Durable, Housseini Amion Guindo, l’initiative vise à favoriser l’émergence d’une société civile consciente des enjeux de la gestion efficiente du cadre de vie. Pour lui, les Gilets Verts seront liés par une charte qui déterminera leur mission dans un plan d’action. Les Gilets Verts mèneront d’abord des campagnes de salubrité puis organiseront des journées de sensibilisation à l’endroit des ménages, a-t-il martelé.

Par ailleurs, les Gilets Verts viennent renforcer les actions de l’Etat et ses partenaires qui, d’après le Ministre, ont déjà investi plus de 1000 milliards de nos francs dans le domaine de l’environnement et de l’assainissement. Alors, les défis qui attendent ces Gilets Verts sont énormes. D’autant plus que notre pays est préoccupé par les changements climatiques, la désertification, la pollution de l’eau et de l’air. Ces phénomènes dus aux actions de l’homme menacent les ressources naturelles qui constituent la base de subsistance et de la richesse des populations. En plus, Bamako fait aujourd’hui partie des villes les plus salles d’Afrique.

Toutefois, ces défis peuvent bien être relevés si chacun jouait sa partition comme lui demande l’article 15 de la constitution qui dispose : « … la protection, la défense de l’environnement et la promotion de la qualité de la vie sont un devoir pour tous et pour l’Etat ».

En tout état de cause, le représentant de la coordination des chefs de quartier est sûr d’une chose « les actes doivent dépasser la parole sinon les gilets verts ne seront pas verts ».

Assétou Coulibaly, stagiaire

Leveilinfo.net

 

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE